Giacometti, les Etrusques, Jung et les Mandalas

Saut de Puce à Paris, avec deux expositions ébouriffantes : « Giacometti et les Etrusques » avec ces silhouettes longilignes, effilées comme une quintessence de l’humain, qui dialoguent à trois millénaires ou à peu près, de distance. Et « Le Livre Rouge de Karl Jung » au Musée Guimet, qui vous sidère par le talent d’aquarelliste, de dessinateur, de sculpteur de l’un des fondateurs de la psychanalyse, ses visions intemporelles et bien d’autres choses encore – ineffables, indicibles, éternelles.  Ce qui vous remet les idées en place en ces temps inondés de buzz, de blogs, de flashs, qui sont autant d’instruments de « décervellation » collective, piétinant inconscient, élan vers le dépassement et l’émerveillement. Courez prendre votre becquée de beauté, d’admiration, de création perpétuellement renouvelée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s