Magicien de la communication …

Assisté à un séminaire intéressant de deux « magiciens de la communication », venus présenter quelques techniques pour « appliquer [leurs] secrets de la Magie à vos enjeux professionnels et révéler le Magicien de la Communication qui sommeille en chacun de vos collaborateurs. » L’un est hypnothérapeute et l’autre – c’est l’originalité du tandem – pratique la magie électronique. Prochaine conférence le 23 avril, on peut déjà s’inscrire. Les places sont à 30€ ou moitié-prix avant le 1er de chaque mois.

Publicités

Pirates avant abordage …

Le dimanche 27 mai à Düsseldorf, pour la Gay Parade, comme le 2 juin pour la Fête Japonaise, on a pu croiser le camion Pirate, avec l’équipage à bord, voir brandir le drapeau pirate, se battre à l’épée avec des ballons orages allongés devant la jolie tente orange pirate. Tout idyllique, et même un pirate photographiait … des Anonymous.

Pour quelques articles effleurant l’histoire :
VWZ Anonymous : http://www.lepetitjournal.com/cologne/a-la-une-cologne/92919-le-genie-de-la-langue-v-w-z-les-anonymes.html
Pirates : Hackers et Geeks :
http://www.lepetitjournal.com/cologne/a-la-une-cologne/102474-le-genie-de-la-langue-pirates–hackers-et-geeks-.html
De la démocratie populaire à la démocratie liquide
: http://www.lepetitjournal.com/cologne/a-la-une-cologne/109105-le-genie-de-la-langue-de-la-democratie-populaire-a-la-democratie-liquide.html


Gagas de Mangas

Comme chaque année, à Düsseldorf, Fête du Japon le samedi 2 juin. Dans la vieille ville et sur les rives du Rhin, foule sous le soleil, mais peu de Japonais, pas ou presque de kimonos, quelques stands dont un très joli de vêtement, des ateliers Ikebana (bouquets), pliage de papiers, ou calligraphie. Mais dans cette foule étrangement silencieuse et pas si gaie, que de japoniaiseries décadentes à base de peluches, soubrettes tout droit sorties de films X, faux curés et mariées affriolantes et bonbonesques. Un mélange d’infantilisme à totoche, de provocation porno-naïve et de mélancolie d’ennui avec des tenues peu inventives même s’il en est de saisissantes.

Tout cela une semaine après une gay parade à la bonne franquette, mais où passaient un peu beaucoup de groupes cuir et sado-masos.

Drôle de sentiment après cette vision du monde …

La Grèce a fait son entrée dans les mangas du jour.

Heureusement, le soleil brillait et sur les pelouses tout le monde s’ébattait.

« J’ai besoin d’un câlin » disent ces jolies petites dames, rêveuses …

Application philosophique

Elève à Sciences Po en échange au King’s College de Londres et étudiant en troisième année de licence de philosophie à la Sorbonne (Paris-IV), Alexis Feertchak a créé iPhilo, la première application de philosophie proposée pour iPhone et smartphones Android, ainsi que sur le site  internet www.iphilo.fr. Avec éditos hebdomadaires – auxquels contribue votre servante (avec « billets d’humeur »), pour éclairer la souvent sombre actualité.
« iPhilo met au goût du jour ce que les Anciens avaient déjà entrepris quand la philosophie était pratiquée sur l’Agora. Mais l’Agora a changé, elle est aujourd’hui virtuelle. Culture philosophique, lien avec l’actualité du monde et la vie quotidienne sont les grandes lignes d’iPhilo. Quand l’actualité défile à toute vitesse sur nos écrans, la philosophie est une aide précieuse pour mettre de l’ordre, du calme et surtout donner du sens. Mais encore faut-il pouvoir donner du sens en temps réel, aussi rapidement que l’information nous parvient. Avec iPhilo, la philosophie est en poche et investit le monde des smartphones. »

Photo retrouvée : mélancolie

De g. à dr. l’écrivain Claude Delarue dont je parlais dans la « brève » précédente, mais aussi, Mirjana, notre amie yougoslave, moi-même (pull vert), Helena Majdaniec grande chanteuse polonaise, et l’inoubliable Frédéric de Towarnicki, auteur du « Messager de la Forêt Noire » sur ses souvenirs avec Heidegger. Le violoniste est celui du cabaret russe Chez Tsarevitch, l’adorable Jean qui vit tant de nos nuits de folie (douce). Ces fantômes passèrent dans notre vie, même s’ils ne sont pas vraiment morts (à l’exception de Mirjana, ils ont tous disparu désormais, si jeunes !) : cf. « Frédéric de Towarnicki n’est pas mort, il s’est éteint« .